Le pourpier

 

Petite histoire

Selon de Candolle (botaniste suisse né fin du XVIIIe siècle) le pourpier provient d’une région comprise entre l’Himalaya occidental, la Russie méridionale et la Grèce (sous le nom d’Andrachne) les romains (sous le nom de Portulaca) et les arabes l’appréciaient énormément, à tel point qu’Ibn-el-Beithar le qualifiait de légume béni.

 

Le pourpier attire depuis quelques temps l’attention des nutritionnistes car ses feuilles contiennent une quantité notable d’acides gras omega 3 qui jouent un rôle important dans la prévention des problèmes cardiaques et renforcent le système immunitaire.

Les atouts santé du pourpier

Le pourpier est riche en fer (2.7mg/100g), en magnésium (106mg/100g) et en potassium (452mg/100g).

Contrairement aux autres aliments riches en magnésium, il est peu calorique.

Il est par ailleurs très concentré en eau (93g/100g). 

Notons aussi sa richesse en vitamine C ainsi qu'en carotène. Il fournit en effet 0.9mg/100g de provitamine A antioxydante, ce qui correspond à un tiers de nos apports journaliers recommandés. 

Contenant des omégas 3, la consommation de pourpier aide à prévenir certains cancers et maladies cardio-vasculaires.

Contient de la vitamine K, c’est un bon fluidifiant sanguin.

Le pourpier n'a en revanche qu'une faible teneur en fibres.

Quand le pourpier soigne...

Il permet de lutter contre les problèmes de digestion, les problèmes psychiques, la fatigue chronique, l’alcoolisme, l’anémie, la fièvre, les contractures musculaires et d'apaiser les piqûres d'insectes et affections buccales.